Prêts interentreprises

Les entreprises financent les entreprises ou la faillite du système classique de financement bancaire.

La loi Macron prévoyait la possibilité pour les entreprises de prêter leur trésorerie excédentaire à d’autres sociétés.

Ce financement inter entreprises n’était jusqu’alors accepté que dans les relations intra groupe et encore seulement si l’on pouvait justifier de l’intérêt pour la société prêteuse du prêt effectué au regard de son intérêt social.

Fréquemment le fisc contestait la validité de ces prêts pour les requalifier de chiffre d’affaire de ce fait soumis à la TVA.

L’autre écueil de ces prêts était de violer le monopole bancaire et d’exposer le prêteur à des poursuites pénales.

Toutefois force est de constater que les entreprises connaissent de plus en plus de difficultés à trouver des financements bancaires que ce soit pour le financement du besoin de fonds de roulement ou l’investissement.

Inversement les entreprises qui bénéficient d’un cycle de trésorerie positive ne pouvaient trouver auprès des banques des placements rentables.

Dans ces conditions le financement inter entreprise paraît être une belle idée

Par un décret du 22 avril 2016 N°2016-501 ces prêts sont devenus une réalité et les entreprises peuvent aujourd’hui prêter 50% de leur trésorerie excédentaire dans la limite de 10 millions d’euros pour les PME, 50 millions d’euros pour les entreprises de taille intermédiaire et 100 millions d’euros pour les grandes entreprises.

Espérons que ce processus connaitra un bel essor et qu’il poussera les banques à refaire leur travail de financeur de l’économie.